Arrêter de fumer: le deuil de la clope …

Je ne vais pas faire la liste des mauvais côtés de la cigarette, depuis bien longtemps, on nous expose les conséquences que la clope a sur notre organisme et sur notre environnement. Malgré le grand mal qu’elle nous fait, que ce soit au porte-monnaie, à notre santé, à notre entourage et j’en passe, les adeptes de la tige blanche restent présents.

La chose la plus néfaste pour toi, semble avoir l’effet l’inverse, elle te manque, mais tu la détestes, tu sais que tu dois t’en séparer, tu veux, tu ne veux pas, on te fait croire que c’est facile, on essaie de te culpabiliser, mais à la fin peu importe ce que l’on te dit. Il n’y a que ta volonté qui te permettra d’avancer et c’est ce que j’ai fini par accomplir. Je vous partage mon deuil de la clope.

La cigarette, une alliée pas comme les autres.

Une alliée pas comme les autres

Le jour où j’ai pris la décision de fumer, j’aurais mieux fait de me casser une jambe. J’avais 18 ans. J’insiste bien sur le fait de prendre une décision, car la première fois que tu fumes, il faut être plus ou moins maso ! Oui pour la plupart, je suis sûr que laisser la fumée pénétrer vos poumons sains a dû être une épreuve … Avec les toussotements, les vertiges, la sensation de brûlure interne. Je me rends compte qu’à ce moment, mon corps faisait tout pour rejeter cet intrus, mais bon, j’ai fini par l’intégrer à mon quotidien. Ce que je ne savais pas du moins c’est qu’il m’aura fallu plus de 20 ans et des milliers de tentatives avant d’en venir à bout.

Tu l’as kiffe

La clope, c’est comme une relation intense. Au départ, tu la consumes et tu l’aimes, elle est là pour te soulager, soit disant de déstresser, elle se joint à toi en soirée, pendant les moments agréables, puis au fil du temps, la clope devient un « partenaire », elle t’accompagne souvent lors de moments difficiles et là,comme un damné inconscient tu l’as consomme a n’en plus finir. C’est bon, t’es accro.

La clope devient une alliée indispensable de ton quotidien. Pire que ta mère, elle te suit, et même lorsqu’elle n’est plus là, tu la sens encore dans tes cheveux, tes vêtements, ta maison. Sans t’en apercevoir, elle a pris le contrôle… La clope a fini par s’infiltrer partout, autour de toi. Il y a bien longtemps que je m’en suis aperçue. Son autre facette, la si supportive tige blanche dévoilait son vrai « visage ». Et c’est là que tu prends conscience et que tu te réveilles avec effroi. Comment s’en séparer ?

La première fois que ça m’a tilté, c’est peut-être évident pour la plupart des femmes, c’est lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant.

La vie ou la clope

Eh bien, tous mes sens étaient en alerte et j’ai naturellement pensé à mon devoir et ma responsabilité, je ne pouvais pas intoxiquer ce bébé en formation. Comme un couperet, j’ai arrêté la clope du jour au lendemain, sans réfléchir, sans souffrir, ma volonté était béton et donc pendant plus de 9 mois, je n’avais pas touché à une cigarette même pendant l’allaitement. Mais plus le sevrage du bébé se rapprochait, plus je pensais à cette foutue clope, limite ça m’obsédait, pour moi ce n’était pas fini, il fallait que « prenne une taffe ». Eh bien, tu ne devineras pas ce qui c’est passé après… Je suis retombée dans le cercle infernal de la clope et ça, c’est parce que je le voulais bien😏. Après avoir choisi la vie à la clope, t’inquiète j’ai vite rebroussé chemin. Tu comprendras bien qu’à partir de ce moment, l’effet yo-yo a pris le relais, comme un régime à n’en plus finir qui s’est donc accompagné d’échecs.

Mes échecs de la clope

J’ai continué à fumer et plus les années passées, plus le nombre de clopes augmentées, à chaque pause, il fallait que j’allume cette cigarette. C’était une habitude qui s’est immiscée volontairement dans mon quotidien. J’en ai pris conscience, mais je n’arrivais pas à m’en défaire, la cigarette était là pour rester😪😪 .

J’ai donc acheté les fameux patchs, j’en collais 2 sur le bras, mais à la fin de la matinée, j’avais des allergies et tout de suite après, je fumais. Ensuite, j’ai essayé les chewing-gums bon ça n’a même pas duré 2 jours, en plus c’était infecte !! J’ai persisté pendant 2 ans comme ça par intermittence 🙄🙄sans succès. Après, je me suis dit, allez, je n’ai pas envie car j’aime fumer. Mais au fond, je savais que ça n’allait pas. La cigarette ne me procurait plus ce plaisir. Je me sentais prisonnière, car je fumais par besoin, c’était paradoxalement vital. Je n’en pouvais plus, la cigarette avait gagné.

La clope, franchement quand tu y penses, ce bâtonnet blanc livide sans vie, a une si grande emprise sur toi, c’est incroyable, c’est pire que du Mac do, tu en as jamais assez même si tu sais ce qu’il y a dedans. C’est à me rendre chèvre ! Alors, j’ai encore essayé avec des cigarettes végétales à l’eucalyptus, ces tiges sans nicotine, mais dès que j’allumais cet immondice, j’avais la nausée.

Je ne veux pas d’aide

Demander de l’aide, ah non ! Il n’en était pas question, car je pensais que je pourrais en finir avec et que le médecin ou les autres praticiens seraient trop radicaux avec moi. Mais, inconsciemment je ne comprenais pas qu’au fond, je ne voulais pas arrêter. Il faut savoir que mon entourage ne m’aider pas du tout. Tout le monde fumait (je précise, ce n’était pas de leur faute.) J’étais tenté H 24 !

Au fil des années, j’ai fait des milliers de tentatives, à chaque grossesse, j’arrêtais de fumer, mais après rebelote. Même dans les moments où j’étais bien souffrante, je fumais quand même. J’avais tout essayé et après 20 ans, je souffrais vraiment parce que je vivais ma vie en fonction des besoins de ma clope ! Non mais oh, on va où. Ce jour-là, je me suis dit, je m’en fous je vais continuer à arrêter de fumer.

Obstinée comme jamais contre la clope !

Cette fois-ci, j’ai acheté des livres, je me suis inscrite à la campagne anti-tabac pour arrêter de fumer (tentatives 4 fois). J’ai même fait de l’hypnose. Je ne vous raconte pas, je suis restée sans fumer pendant 1 journée. Purée, je croyais que j’avais gagné les batailles et bien non, que dal.

J’ai ensuite essayé l’application et le journal, évidemment ça n’a pas fait long feu. J’en avais les larmes aux yeux, la clope me rendait malade, elle me dégoûtait, mais j’étais accro, c’est tout. Je pensais être condamnée et puis je suis finalement allée voir le docteur. Il m’a gentiment sorti ses banalités. En gros, il n’y a que moi qui détenais la solution, aucun complément pourrait faire l’affaire sans une réelle volonté de ma part. J’étais arrivée à un point de désespoir qu’un jour, mon mari qui lui aussi est fumeur, m’a suggéré de tester la vapoteuse.

Pourquoi pas ? De toute manière j’ai tout fait.

La vape dans tout ça ?

Mon mari m’avait offert ma première vap il y a bientôt 10 ans. C’étaient les premières vapoteuses en forme de cigarette. L’usage n’était pas très répandu et puis elle ne fonctionnait pas correctement. Donc, à l’époque, je n’avais pas du tout apprécié, et comme elle ne fonctionnait pas, je l’ai jeté vite fait. Des années plus tard, me voilà avec une vapoteuse bien plus évoluée (Vaporesso pour les connaisseurs). Je regarde cette bête en métal, bizarre non ça fait comme la clope ? Cet objet, va t -il vraiment remplacer « the clope » qui m’a collé depuis tant d’années ?

L’alternative pour les accros

Oui ! Le jour où je l’ai testé, la vapeur, le goût, déjà, était plus agréable que la cigarette. Ne te méprends pas, je ne te fais pas la promotion de la vapoteuse, mais je te partage mon expérience. Dans mon cas de figure, la vapoteuse a été salvatrice dans le sens où j’ai pu me séparer physiquement de la clope après quelques jours d’adaptations. Je vapotais beaucoup, car je reproduisais mes habitudes avec la clope, ce qui est normal, j’avais de la nicotine.

Il faut que tu comprennes, que je n’acceptais pas de devoir me sevrer de la nicotine, car oui, c’est la nicotine qui me rendait accro. En fait, j’ai vapoté avec de la nicotine pendant 4 mois. Pendant ces 4 mois, j’ai alterné avec sans nicotine. Honnêtement, je commençais à me sentir mieux, je reprenais le contrôle et j’avais du mal à croire que j’arrivais à ne plus toucher de cigarettes aussi longtemps. C’était en octobre 2021.

Vivre avec des fumeurs

Arrêter de fumer : le deuil de la clope

Le meilleur dans tout cela, c’est que je suis depuis le départ, entouré de fumée au quotidien car ma moitié fume. Tu vas me dire, je le sens gros comme une maison, ben pourquoi vous ne l’avez pas fait ensemble ? Tout simplement, car arrêter de fumer reste une décision personnelle et requiert volonté, persévérance. Mon époux ne désire pas arrêter de fumer (je respecte son choix.) sans pour autant lui imposer mon choix. Cela ne sert à rien de te mentir à toi-même ou de le faire pour le bien de tous.

Un avantage

Le fait de vivre, de côtoyer ou même de croiser quelqu’un qui fume ne fera que renforcer ta résistance à la cigarette et rendra ta guérison plus durable. Avant, le fait de sentir la fumée me rendait dingue, je n’avais qu’une envie, c’était d’en prendre UNE.

Mais je savais très bien (pour être tombée volontairement dans le piège plus d’une fois) que j’aurais perdu la bataille. Avec le temps, le soutien de la vapoteuse et de ma famille, la fumée ne devenait que secondaire, elle était là tout simplement. Mais la fumée ou la vue d’un paquet de cigarette n’avait plus d’emprise sur moi.

Je remarquais aussi, tous les effets positifs que m’apportait l’arrêt de la cigarette, par un odorat plus développé, le goût des aliments plus prononcés, une peau plus fraîche, etc… Et surtout la respiration, je n’avais plus du mal à inspirer à fond. Mon époux aussi a diminué inconsciemment la cigarette et fumait moins en ma présence ( encore un impact positif).

Quoiqu’il en soit, je sais trop bien qu’il est difficile d’arrêter de fumer et jamais je ne ferais la donneuse de leçon en ce qui concerne l’arrêt du tabac, mais je suis ravie de te partager ma traversée, peut-être que cela pourra t’inspirer ou t’offrir une ouverture pour y penser et pourquoi pas… Agir. En-tout-cas être parmi les fumeurs ou dans des endroits fréquentés par des fumeurs te rendra infaillible en toute circonstance !!

Mots de la fin

Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir accompli mon objectif. Cela fera 2 ans en octobre que je ne fume plus, j’ai fait le deuil de la clope. Elle a toujours été là telle une amie hypocrite qui sourit, mais qui vous tue littéralement à petit feu. C’est grâce à l’aide, mon obstination, ma famille que j’ai pu réussir. Fermement et tiré un trait définitif sur la clope, car ne l’oublions pas sans aides peut-être que je serais en train de cloper encore ce soir … Alors, n’ayez pas peur, ni honte à demander de l’aide car votre objectif restera votre finalité et la réussite, la vôtre uniquement.

Je vous souhaite tout les succès possibles dans votre parcours, surtout n’abandonnez pas.

See you later Alligator…..Article rédigé avec bienveillance
signature

Inscris toi pour ne rien manquer!

Inscris ton email pour recevoir les nouvelles et les mises à jour de l'article!

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

Coloration Henné Black et Naturel

Coloration Henné Black et Naturel

Par Publié sur
La Recette authentique : Le poulet Korma

La Recette authentique : Le poulet Korma

Par Publié sur
Cancer du Sein : L’Essentiel en 5 Points

Cancer du Sein : L’Essentiel en 5 Points

Par Publié sur
Healthy Cookies à l’Avoine

Healthy Cookies à l’Avoine

Par Publié sur
Télécharge ta plaquette de dépistage ci dessous

Octobre Rose
Précédent
Comment bien dormir naturellement et s’endormir rapidement avec la Méthode Winter ?
Arrêter de fumer: le deuil de la clope …