L’ENNUI

Par Publié sur 0 Commentaire

Ça t’arrive de t’ennuyer? Avoir des moments de » vides »? Je suis sûre que oui et c’est normal non? Mais c’est étonnant de parler de ce sentiment à une époque où tout se passe à vitesse Grand V. L’homme dans son évolution veut aller aussi vite que la technologie. On est tellement ancré dans une vélocité intense que notre notion d’espace temps est tronquée. Dès lors, l’ennui est considéré comme un poison synonyme d’échec et de faiblessse.

La résurgence de l’ennui au XXIème Siècle

Cependant les évènements actuels (la crise sanitaire du Covid-19) n’ont fait qu’accentuer l’ennui. L’ennui ne fait pas partie de notre environnement du moins c’est une émotion (pour la plupart) qu’on esssaie inconsciemment d’éviter (vade retro satanas😈😈). Il est synonyme de négativité, souvent il conduit à la dépression. Il est vrai que l’ennui est rare dans mon quotidien, souvent je dis  » Oh ce n’est pas possible que je reste assise, j’ai toujours quelque chose à faire ». Cette émotion on n’en veut pas, du moins c’est ce que l’on croit….

L’ennui est un sentiment par exemple qui « surgit lorsqu’on attend dans une file de bus, du coup, ça nous agace (« on n’a pas le temps!!). De plus, avec l’apparition de la COVID-19 tout semble chamboulé, notre société, nos habitudes… Nous devons suivre des directives qui nous sont imposés et de ce fait nous avons la sensation que notre liberté individuelle en pâtit, ce qui donne naissance à l’ennui un sentiment souvent ignorer, que l’on désire éviter à tout prix.

Qu’est-ce qu’on s’ennuie!!

Comment pouvons-nous faire face à ce fléau psychologique si depuis tant d’années nous l’avons évité inconsciemment ? C’est normal, car nous vivons dans un monde ouvert où durant des décennies la mobilité de l’homme dans le monde n’a cessé de croître. Je veux dire que ce que nos ancêtres ont traversé, nous les appréhendons en quelques décennies!! Et là, du jour au lendemain on doit s’arrêter de poursuivre cette « course »!! C’est pourquoi nous percevons l’ennui comme une incidence psychologique.

L’ennui est là, alors il est important de le comprendre afin de nous rappeler que chaque jour, il faut savoir décrocher pour savourer l’évolution de notre état d’âme.

Une émotion bien présente : l’Ennui

Comme relaté plus haut, L’ennui est de plus en plus intolérable à notre époque, car il existe tant de stimulations possibles : les autres activités nous semblent alors dépourvues d’essence. C’est contre-intuitif et contre-culturel.

De nombreuses études attestent que l’ennui intervient par manque de concentration. Par exemple, lorsqu’un sujet n’est pas intéressant. Ou lors de situation qu’on ne peut maîtriser par exemple pendant un spectacle médiocre, une conférence soporipique. De ce fait, on ne peut s’y soustraire.

L’homme moderne ne supporte plus de se retrouver avec lui-même car c’est un angoissé qui se retranche dans l’agitation, la relation, la distraction. Par conséquent, il devient esclave des nouveaux moyens technologiques en se réfugiant en permanence de l’instant présent. Alors que si on prend le temps de s’ennuyer on comprend mieux, je vous explique.

L’ennui est «quelque chose qui nécessite une attention particulière Â» et l’inertie n’est que le début

L’inertie

Si tu chekes dans le dico: « Propriété qu’ont les corps de ne pouvoir d’eux-mêmes changer l’état de repos ou de mouvement où ils se trouvent ». Cela nous permet d’envisager l’inertie comme un symptôme, une expression de notre rapport à la vie. Cette notion est d’autant plus intensifiée avec la pandémie du COVID-19, les couvres-feux imposés…

C’est quoi ?

L’inertie est un comportement naturel qui s’exprime de mille façons et avec une intensité infiniment variable. Ici l’individu développe cette inertie délibérément de manière inconsciente pour ne pas affronter l’ennui en se tortillant à des actions, qui souvent l’ennui au final (comme prendre son téléphone, surfer sur le net). De là, découle le manque d’activité, le manque d’énergie et la démotivation. Dans ce cas, c’est une manifestation évidente d’inertie.

Cette forme d’inertie ne saute pas aux yeux car on trouve toujours quelque chose à justifier notre inertie. Dans le cas de l’ennui, ici l’inertie s’affiche dans une incapacité à s’arrêter de faire quelque chose et tout ça dans le but de ne pas se confronter à l’ennui.

L’inertie est une forme de résistance à la confrontation et à la transformation d’état d’esprit face à l’ennui. Tout cela dans le but de ne pas regarder le vide chronique de son existence. Actuellement et malheureusement ces signes se manifestent chez les étudiants.

Pourquoi ?

Un truc à laquelle tu n’y as certainement pas pensé et ce qui fait que l’on a du mal à comprendre ou accepter l’ennui c’est : notre cortex. Eh oui, en nous tous, coexistent ces deux cerveaux : le droit qui est le plus intuitif, le plus émotionnel et le plus artistique. Le gauche quant à lui est celui de la rigueur, de la rationalité et de la logique.

On a perdu notre aura magique😑😑 parce qu’on emploie principalement le cerveau Gauche pour analyser, comprendre, exploiter ou contrôler nos vies. De ce fait, notre cerveau droit n’est plus sollicité dans ce monde ultramoderne. C’est pourquoi, le fait d’être confronter à nos émotions nous désarçonne tant et nous affecte (jusqu’à la dépression).

On est donc face à une inertie émotionnelle qu’on ne sait apprivoiser à cause de l’avènement de la globalisation et du progrès, on a simplement oublier comment écouter notre « for interieur ». Les émotions occupent une place fondamentale dans nos vies et il serait temps d’apprendre à les connaître et à mieux les appréhender….

Comment y faire face : comprendre

Regarder l’ennui comme le verre à moitié plein est un moyen de transformation bienveillant et positif. Il existe diverses méthodes pour y faire face. Il m’est arrivée de me retrouver dans cette « espace temps  » qu’est l’ennui ou l’inertie. Je me dis après avoir accompli ce que je devais faire. Je n’ai rien à faire, comme une enfant je fais quoi maintenant ? Mon père me disait (en créole mauricien) « prend ène bâton et tourne dans latrine » ce qui signifie : prends un bout de bois et tourne-le dans la cuvette  » la classe hein!! D’abord, comprendre que laisser errer son esprit est une manière de le laisser se ressourcer. Comprendre que l’ennui est nécessaire à notre bien-être et notre fonctionnement, nous permettra de mieux gérer ses signaux afin d’équilibrer ton for intérieur (qui, la plupart du temps est laissé aux oubliettes)!! Voici 2 facettes de l’ennui.

Approche philosophique de l’Ennui

L’ennui dans sa complexité est synonyme dans notre société Occidentale d’un sentiment négatif qu’il faut éradiquer à la racine. C’est l’opposé de l’hyperactivité, du faire, de l’avoir, et du besoin instantané de gratification. Pourtant, ces poses de lenteurs sont nécessaires pour développer nos capacités de contrôle. En effet, le fait de ne pas « s’ennuyer « est d’autant plus néfaste dans l’évolution de l’enfant et l’ado.

En effet, la fuite tout aussi délibérée de l’ennui dans le divertissement ne permet plus de prendre la mesure de nos désirs et des perspectives réelles de changements. Les enfants, souvent gavés d’activités et d’images pendant les restrictions due à la pandémie, perdent avec l’occasion de l’ennui, la possibilité d’élaborer rêves et promesses, et d’éprouver cette impatience du lendemain et d’une présence à conquérir.

la sagesse de l’ennui

Ces moments de vides nous renvoient vers un intérieur vide. Pourquoi ? Simplement parce que la vie ne nous contente plus car l’ennui semble s’opposer à vouloir vivre. L’ennui met à nue la réalité, notre existence. Pour (Arthur Shopenhauer), celui qui s’ennuie acquiert une forme de sagesse.

On fuit l’ennui constamment pour ne pas faire face à notre conscience. L’ennui est une des causes à l’origine de la sociabilité. Encore une fois, cette période de pandémie nous mets face à ce sentiment. Je m’appuierai sur l’argument de Jankélévitch selon lequel l’ennui est une «maladie du temps », enracinée dans la notion de devenir et dérivant alternativement d’un sens d ‘« être » et de «ne pas être » (Jankélévitch). La conscience moderne sophistiquée et complexe s’avère excessivement centrée sur elle-même, trop pleine d’expériences et de connaissances diverses et, presque paradoxalement, et par conséquent confrontée à l’ennui.

L’ennui vu comme idéal

Mais, selon Jankélévitch, elle est surtout une aventure où le futur est incertain et donc compagne du bonheur car il entre en communion avec la totalité de l’être.

Heidegger place le temps au centre de sa réflexion sur l’ennui :

  • L’attente peut-être un moment que je voudrais retenir dans le cas où je ne m’ennuie pas parce que j’attends.
  • Je ne m’ennuie pas parce que je n’ai rien à faire ou parce que l’une ou l’autre des activités que j’ai choisies ou que je subis a duré trop longtemps mais lorsque je ressens le décalage, inévitable et douloureux, entre ce que je voudrais faire de mon temps, de mon existence, et la fadeur délibérée de mon quotidien.

Par conséquent, « Si l’ennui était une maladie, son étiologie serait du côté de l’idéal. »

En conclusion, considérer l’ennui sous un autre angle comme un idéal, une sagesse et compagne du bonheur vous amène à considérer l’ennui dans une toute autre dimension. L’ennui n’est plus perçut comme un sentiment de négativité et de vide mais comme une aventure et une source positive. C’est l’étape à la transformation et la métamorphose de son moi. Ainsi, s’ennuyer encourage votre esprit au pouvoir de réflexion. Lorsque vous vous précipitez, il n’y a pas de temps pour réfléchir. Quand vous vous ennuyez, il n’y a rien d’autre à faire que de penser », (dit Mann basé à l’Université du Lancashire au RU)

La Force de l’Ennui

Au lieu de considérer l’ennui comme une source de néant, il est évident que ce sentiment vous amène à développer et trouver de nouvelles idées. Le fait de ne rien faire est un appel au calme car embrasser l’ennui est là surpuissance du 21ᵉ Siècle. Alors n’est pas peur.

Forcer de constater que pendant cette pandémie beaucoup d’idées et de créations d’entreprises sont nées. En septembre 2020, 88 681 entreprises ont été créées en France, soit + 27,4 % par rapport à septembre 2019. On a vu : la fabrication de masques, la livraison de plats pour le personnel soignant, l’amélioration de son habitat ainsi que la découverte de passions longtemps laissées de côté. L’ennui peut favoriser un comportement vraiment significatif dans la vie de chacun et qui en sus profite à la société. Â«L’ennui peut paraître misérable, mais paradoxalement il fait naître un changement bénéfique…

La sociabilité est une valeur fondamentale à l’homme, avec la crise sanitaire les liens sociaux se sont également renforcés. Le Retour à l’essentiel et le travail manuel a mobilisé beaucoup de citoyens. On a pu le constater par les « quiz aux Balcons des appartements », les applaudissements nocturnes en hommage aux personnels soignants, etc…. Pour la plupart certains ne s’étaient jamais adressés la parole ! Là, l’empathie est mis en scène. On constatera également depuis l’imposition du confinement 23% de personnes (La Dépêche) se sont mis à apprendre une langue étrangère et 40 % de Français ont fait des recherches de formations professionnelles (Journal : l’Économie).

La Force de l’ennui entraîne un regard sur l’autre et sur Soi vers un changement d’actions plus positives😊, c’est le début d’une métamorphose, de la pleine conscience de l’essentiel. On perçoit la vie autrement, on respire, on entend, on prête attention à ce qui nous entoure.

Conclusion

Pour Finir, L’ennui c’est le commencement d’un acheminement profond vers une transformation. Mann dit qu’il ne faut pas essayer de chasser l’ennui lorsqu’il apparaît mais plutôt de l’embrasser. La musique, le Niksen sont des moyens déclencheurs qui permettent de laisser son esprit voguer sans besoin de concentration. Comme pour un enfant qui s’ennuie est bon pour son imaginaire. L’ennui est donc une émotion pas si horrible que ça qui prête à regarder en nous. Je crois fermement que notre façon de penser actuelle est en phase de changement et d’adaptation face aux imprévus qu’on ne peut maîtriser. Rappelle-toi « Ce qui ne tue pas rend plus fort »

Source : Mann ; Heideger, l’Économie, Le Figaro, La Dépêche, Jankélévitch, Heidegger, Shopenshauer
See you later Alligator…..Article rédigé avec bienveillance
signature

Inscris toi pour ne rien manquer!

Inscris ton email pour recevoir les nouvelles et les mises à jour de l'article!

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.

La musicothérapie

La musicothérapie

Par Publié sur
La perfection, un défaut ?

La perfection, un défaut ?

Par Publié sur
L’alchismiste de Paulo Coelho

L’alchismiste de Paulo Coelho

Par Publié sur
Gnocchis à la Courge Butternut

Gnocchis à la Courge Butternut

Par Publié sur
Télécharge ta plaquette de dépistage ci dessous

Octobre Rose
Précédent
Pourquoi le Miel de Manuka à le vent en poupe ?
L’ENNUI